SICAM de la RIF

UFICT cgt

Téléphone : 01 40 23 37 95      Fax : 01 40 23 37 67

E-Mail : ericbourgeois@free.fr

SYNDICAT CGT de GDF

La cgt

Téléphone : 01 40 23 37 64      Fax : 01 40 23 37 94

E-Mail : didier.arlot@free.fr

26, rue de Calais 75436 Paris cedex 09

Compte rendu syndical de CMP

Séance du 8 février 2000

Mise en place de l’organisme

A l’issue des présentations et salutations d’usage, l’organisation suivante est retenue :

Secrétaire

Bourgeois

Secrétaire adjoint

Clerc

Représentant du CMP

Bourgeois

Signatures croisées

signature simple pour montant < 10 000 FF signatures croisées au delà

> Bourgeois / Clerc

> Bourgeois / Adoux

> Savenye / Clerc

> Savenye / Adoux

Commis. des moyens

CGT : Jean, GNC : Galiana, CFDT : Clerc, FO : Curutchet, CGC : Adoux

Chargé des SCMP

Bourgeois

 

Mise en place des SCMP

Les noms des représentants CGT apparaissent à titre indicatif. Seule l’organisation est discutée en CMP. Les représentants sont désignés par la CSP.

DIR/SRH/SRF  2E & 8M

SRT 2E & 8M

ATNO 4E & 6M

ATSE 3E & 7M

SDAO  Collège unique

ASS 2E &4M

PETITJEAN P.

GALEA J. L.

BOUQUIN Y .

DUCLOIE J. D.

CANNIZZARO E.

ASSAILLY G.

CFDT

GARNEAU L.

SARRAULT O.

DERRIEN E.

CAZIER L.

MEIGNEN P.

ROLLAIS P.

REBATO F.

MOUSSAC F.

BOURGOUIN P.

PACE J.

CLAUDEL J.

JEAN C.

COSTENOBLE L.

ARBEY P.

MACE J. J.

CHAUMEIL J.

BURLOT J. L.

CHEVALLIER J. P.

LAMBERT C.

DUCLOIE D.

DUGUET D.

GALIANA L.

CFDT

ROUGIER A.

BIENNES F.

GAZZA S.

MAISONNIER P.

CFDT

CFDT

CFDT

DROUET R.

GALIANA M.

LE GARREC C.

 

CFDT

LE GUILLOU P.

MARTIN E. G.

BONNEFEMNE P.

 

FO

CFDT

MORALES D.

CFDT

 

CGC

FO

COENE G.

FO

 

                                                                                                                               CONSULTATIFS

 

CFTC (M)

-

CFTD (E/M) / FO (E)

CGC (M)

FO (E/M) / CGC (M)

FO (E/M) / CFTC (E)

 

Affectation du site Lebon au CHSCT du SRT

Accord unanime des membres.

Réalisation budgétaire / Utilisation de la dotation

Le secrétaire rend compte de la commission des moyens qui s’est tenue le 2 février. Elle a examiné la réalisation budgétaire 2000 et tracé des axes pour 2001. La réalisation budgétaire doit être approuvée au cours du 2ème  trimestre.

Pour 2001, il est décidé l’attribution d’un droit de tirage aux  membres de SCMP et de CMP.

DICT+

Avant la présentation de M. Prylecki, les représentants du personnel posent un certain nombre de questions :

§         Les impressions des demandes et des réponses ne sont pas prévues (problématique pour les RDV de chantier), sauf peut-être par des voies détournées (type impression d’écran ?) ce qui serait regrettable.

§         Existe-t-il une possibilité de rédiger un compte rendu de chantier ? Si oui est-il « imprimable simplement »

§         Partant des 2 questions précédentes, comment sont organisées les archives « officielles » ?

§         Les secteurs ne sont pas forcément au courant des demandes en cours sur internet.

§         S’il devrait être possible d’adresser des plans aux entreprises via internet, les secteurs en disposeront-ils ?

§         Comment seront traitées les DICT en cas de problème sur la base ?

Pour M. Prylecki, il est difficile de donner des réponses fiables car les versions du logiciel évoluent régulièrement. Les représentants du personnel veilleront à la prise en compte de leurs remarques lorsqu’on aura des « certitudes ».

La base des rues est tenue à jour sous DICT, elle sera basculée le moment venu en appréciant la charge de travail.

La CGT & CGT-UFICT se félicite que l’on ne souhaite pas lancer à tout prix une application perfectible.

Application Sprint

Après la présentation du nouveau logiciel de paie par Mme Dupeyron, les représentants CGT & CGT-UFICT déclarent : « En préalable nous rappellerons qu’au delà des applications, ce sont les agents de la filière GCT qui font la paye de leurs collègues. Et le constat est accablant. Qu’on en juge : « complexification et surcharge de travail, sous effectif et turn-over, sentiment d’isolement des gestionnaires, pression accrue, manque de temps, pénurie de personnel formé, absence de reconnaissance des compétences, etc. » Ce jugement sans appel et tellement caractéristique des outrances habituelles de la CGT, nous le devons à la DSII (Direction des Systèmes d’Information et de l’Informatique) au cours d’une étude récente conduite dans le cadre de la rénovation du SIRH. La DPRS quant à elle, reconnaît du bout des lèvres que : « ces dix dernières années, tout ce qui aurait dû être fait pour cette filière ne l’a pas été ». Ne soyons pas si négatif : on a quand même sucré pas mal de postes !  Vous comprendrez donc, qu’au delà de la présentation de cette énième merveille de la technologie, c’est d’avantage le personnel de la GCT, la prise en compte de ses besoins, comment il travaillera demain qui préoccupe la CGT aujourd’hui.

 Au cours des dernières années, le métier de gestionnaire a subi d’importantes mutations. Parallèlement au recul de la réglementation statutaire, on assistait à un accroissement de la gestion au cas par cas et en corollaire, une part interprétative en augmentation (sans doute génératrice de bien des maux et incompréhensions, dont les syndicalistes que nous sommes, sont hélas de plus en plus souvent les témoins). Pour résumer cette situation, nous dirons que la gestion des agents s’est individualisée. D’un autre côté, ce sont bien des réductions d’effectifs, auxquelles nous avons assisté. Au nom des meilleures pratiques (meilleures pour quoi, meilleures pour qui ?) le personnel géré a quasiment doublé pour chaque gestionnaire. Quelle politique de formation, de création de postes d’accueil dans la filière, quelles perspectives de carrière ? Autant de questions qui nous semblent aussi pertinentes que le choix d’un logiciel.

Sur le produit en lui même, la remarque la plus évidente est : Pourquoi remplacer une application bâtie à partir des règles statutaires de nos établissements par un progiciel standardisé destiné aux entreprises privées ? C’est sans doute pour cette raison que, dans d’autres unités, les agents de la GCT ont exigé le report du lancement tant ils jugeaient Sprint inadapté à la situation actuelle.

Pour conclure, nous ne saurions donner un avis favorable à cette mutation, sans que soient au moins consultés les agents de la filière, que leur soit octroyée une prime d’adaptation et qu’une volonté d’améliorer leurs conditions de travail (effectifs, formation…), leurs évolutions de carrière soit affichée et suivie d’effet. Dans un autre registre, et compte tenu des implications que nous subodorons pour notre contrat de travail et nos conditions de paie, il nous semblerait légitime que les agents soient informés et consultés, préalablement à toute mise en œuvre. »

Au cours de la discussion qui suit, la Direction précise qu’il n’y a pas lieu de réorganiser la cellule GCT. D’autre part, elle confirme que l’impossibilité de contacter la GCT  le matin est une mesure temporaire.

Par la suite, les représentants CGT & CGT-UFICT s’inquiètent des conséquences de l’utilisation de ce logiciel pour le statut : « Les possibilités d’HR-Access vont bien au delà de l’application Sprint. Après le moteur de paie, ce seront, la gestion administrative, la gestion des temps et activités (rémunérations complémentaires, imputation des temps par activité), et la gestion des RH (emplois, carrières, compétences, recrutements, formation…) qui pourraient être concernés. On pourrait être troublé à moins ! D’ailleurs, depuis quand IBM commercialise des progiciels RH adaptés aux entreprises à statut ? Et dans le même moment on négocie un nouveau système de rémunération ; dans une opacité certaine… Mais nous serions surpris si ce progiciel taillé pour le privé ne s’avérait pas adapté dans l’avenir… »

Action de Communication Ariane/PAP

M. Villela commente cette action. Les représentants CGT & CGT-UFICT font un certain nombre de remarques estimant que « la construction pratique de cette initiative semble logique… » Mais constatent que si les préoccupations des agents peuvent remonter lors de la réunion du 30 mars, il semble  « …très improbable qu’elles puissent infléchir en quoi que ce soit la stratégie définie en haut lieu. Au mieux, nous imaginons qu’on tentera de convaincre que ces préoccupations ne sont pas fondées ou qu’elles sont un mal nécessaire. Il apparaît donc qu’il s’agit plus d’un outil capable d’affiner une communication descendante que d’un réel outil d’enrichissement de la démarche par échanges mutuels. » Les délégations CFDT et FO partagent cet avis et qualifient ces rencontres de thermomètre.

Schéma de délégations – Consignes de manœuvre

La Direction propose que les chefs de secteurs et les contremaîtres puissent systématiquement être désignés chef de consignation sur leur secteur. Les agents techniques (lorsqu’ils participent aux activités d’exploitation) étant eux désignés par l’exploitant délégué. Il s’agit là d’un pré-requis lié à la fonction. (comprendre qu’il n’y a rien à gagner…).

En base, la CGT & CGT-UFICT reste sur les principes développés lors de la dernière séance : « Rédaction des consignes et responsabilité de chef de consignation incombant au chef d’exploitation. Le chef de secteur, et uniquement lui, pouvant aider à « passer les pointes » pour un territoire limité à son secteur.

En résumé, nous craignons que la RIF, à l’instar d’autres Régions, reporte les responsabilités vers le bas. Nous voyons dans ces modifications une dérive pouvant remettre en cause nos principes de management à 3 niveaux. Nous considérons que cette responsabilité relève du collège cadre. Nous sommes d’autant plus confortés dans cette opinion que la réalité du terrain laisse paraître des confusions entre les missions de chef de consignation, de coordinateur et ou  de chef de travaux. Enfin, on nous a informé que la rédaction des consignes conduit régulièrement à des adaptations lors du passage à la pratique ; par adaptation, nous entendons des situations pouvant aller jusqu’à la manœuvre de robinets différents de ceux initialement prévus. Qui endosserait les responsabilités si un problème survenait ? »

Pour le document Direction, sur le fond duquel la CGT & CGT-UFICT est en désaccord : « nous rappelons qu’encore récemment, le chef d’exploitation était physiquement présent sur la durée du chantier. C’est, à notre sens, lui qui doit prendre les décisions relevant de la coordination des travaux. Le chef de consignation n’a en charge que la consignation … Nous rappelons que certaines des pistes, étudiées par la RIF afin de respecter les durées légales de travail à l’occasion des « gros chantiers », font état d’une évaluation de la durée de chaque phase, d’une possibilité de prévision, avec le CSR, de décalage de la plage d’indisponibilité du réseau. Ces pistes relèvent bien de la responsabilité du chef d’exploitation... Il convient de prévoir un système de gestion des responsabilités lorsqu’un chantier devient atypique.

Dans un autre domaine nous souhaitons que soit adoptée une démarche de « type habilitation » qui désignerait a priori les chefs de consignation ; cette approche devrait intéresser l’intégralité des agents concernés... le professionnalisme requis n’est pas lié à la désignation dans telle ou telle fonction. Il convient donc que la ligne hiérarchique engage clairement sa responsabilité dans le processus de désignation, une implication systématique du MDL nous paraissant un minimum. Dans le même ordre d’idée l’agent serait évidemment libre de refuser cette désignation.

Pour tenter de répondre au problème lié à l’impossibilité d’appliquer à la lettre certaines consignes nous souhaitons :

§         D’une part une procédure permettant de couvrir le chef de consignation lorsqu’il appartient à la maîtrise,

§         D’autre part une méthode de remontée d’information (fiche anomalie ?), et de prise en compte de l’expérience, sans pour autant que le chef de consignation ne puisse être déjugé.

Enfin, si vous souhaitez donner suite à votre projet, nous demandons que les descriptions M3E soient revues. »

Point immobilier

Les rumeurs persistantes sur le regroupement de certains secteurs ne seraient pas fondées.

§         Secteur du Pecq : En attente de décision de la DSFJ, la part relevant de la RIF a été finalisée avec le géomètre.

§         Secteur de Corbeil : Il intégrera (fin 2001/ début 2002) des locaux neufs en location à Courcouronnes.

§         MLV :

o        Le permis de l’aire de radio a été déposé le 28/11/2000, elle sera terminée fin février. Le ferrier sera remis en place

o        Le Bâtiment A est achevé.

o        Le gros œuvre des locaux MSE est achevé, les travaux s’achèveront mi mars.

o        Les bureaux des correspondants SRH/IMO et SRT/ITT sont terminés.

o        Concernant le local archives. Un second projet examine son implantation sur NTR pour une utilisation commune avec CEOS. Devant notre inquiétude, il nous a été affirmé que cette activité n’était pas remise en cause.

§         Site Lebon : Le début des travaux est repoussé fin mars, leur achèvement fin juillet.

§         Viry Chatillon : Le secrétaire demande que soient dépollués les terrains de Viry Châtillon …

Les représentants CGT & CGT-UFICT demandent un bilan financier sur l’immobilier pour le prochain CMP.

Questions diverses

ASTREINTE : Le secrétaire souhaite que soit validée ou invalidée la procédure d’alerte des maîtrises de secteur directement par le CSR. Décision prise le 7 juillet 1999 pour une période d’essai d’un an.

De plus, les représentants CGT & CGT-UFICT s’étonnent qu’à ITNO, il n’y ait pas eu de soudeur d’astreinte du 30/10 au 9/11, et qu’ATNO ait décidé de ne plus porter les exécutions de secteur sur le tableau d’astreinte :

§         Ne serait-il pas judicieux dans le cas des soudeurs, d’alerter les organismes statutaires locaux, (CHSCT) ?

§         La direction a des difficultés à recruter des soudeurs… Cela recoupe nos demandes de revalorisation de ce métier.

§         Auparavant les plannings d’astreinte étaient signés par le MDL. Cette approche est en cohérence avec les obligations de chef d’établissement. Un tel circuit de validation pourrait éviter que se reproduise ce genre de problème.

§         Le fait d’être désigné sur un document validé par le chef de service constitue un ordre de travail. A l’opposé l’absence d’un tel document, est à la gestion des équipes et aux assurances que GDF doit donner aux pouvoirs publics.

Compte tenu de son importance, il est convenu d’aborder ce point lors de la prochaine séance.

FONTENAY MAUVOISIN : La Direction indique que la décision de mettre en gaz la station le 16/01/01 a été prise par le Chef d’Exploitation.

OUVERTURE A LA CONCURRENCE : La Direction confirme que certains clients cherchent à se fournir ailleurs.

GMAO : Le problème avec les PDA n’est toujours pas résolu. Toutefois la base reste tenue à jour.